Espace Abonnés
Offres Adjib
Entreprise
Communication
Infos et loisirs
Tourisme
Sortir à Djibouti
Utiles et Pratiques
Informations pratiques
 

Histoire

Géographie | Nature | Visiter


Avec l'ONTD

"Dans l'imaginaire, Djibouti évoque un parfum d'aventure, qui sent le soufre et le sable chaud. Rimbaud, Monfreid, Kessel, Londres et Gary, ils furent nombreux à brûler un peu de leur vie en maraudant sur ces rivages. Le terrain semble propice aux envolées lyriques : voyageurs aux semelles de vent, pirates et marchands d'esclaves, chameliers farouches, beautés indigènes au regard absent, énergie tellurique et fournaise obsédante..."

Le monstre vaincu "djab bouti"

Origine du mot Djibouti selon une légende Issa d’après laquelle l’animal fabuleux qui habitait ces lieux et tuait chèvres et hommes fut traqué et tué par ces derniers.

Une autre version toponymique du lieu nous apprend que les Afars nommaient l’emplacement de Djibouti GABOD (plateaux). Les navigateurs arabes en firent GABOUTI. Avec les Français ce nom devient DJIBOUTI.

Un peu de préhistoire

Les vestiges lithiques ne manquent pas sur tout le territoire et le peu de matériel récolté l’a été à la surface du sol, aucune fouille importante n’ayant été entreprise ici.

Les pièces les plus anciennes découvertes dans la région du lac Abbé sont des outils de pierre grossièrement taillés du type « chopper » datant de trois millions d’années et que les experts rapprochent des importantes découvertes faite dans la vallée de l’Awash en Ethiopie.

Outils de pierre

Outils de pierre

De nombreux objets lithiques en obsidienne et des outils en os ainsi que des perles en coquilles d’œuf d’autruche ou des coquilles de la mer Rouge. Également des ossements d’animaux, en particulier de chacals, plus rarement hippos ou gazelles, antilopes ainsi que des bœufs domestiques et des arrêtes de poissons (Tilapias et poissons-chats).

Répartis sur tout le territoire et d’une époque plus récente sont les tumulus de pierres abritant des sépultures (des centaines dans le nord). Dans l’un de ces tumulus, à Balho, on a trouvé un fragment de boîte crânienne datant du début du premier millénaire avant J.-C. La diversité de ces sépultures atteste des différentes époques auxquelles elles correspondent.


Fossiles d'animaux


Peinture rupestre

Une première classification a pu être établie ainsi :

1. Une phase ancienne représentée par des gravures d’animaux sauvages : antilopes, girafes, autruches (troisième millénaire avant J.-C.)

2. Ensuite l’on rencontre des thèmes pastoraux avec des bœufs à longue cornes (deuxième et premier millénaire avant J.-C.).

3. Plus tard apparaissent des figures représentant des dromadaires et des guerriers avec leur lance et leur bouclier (premier millénaire avant J.-C.).

4. Enfin plus récemment l’on rencontre des marques symboliques correspondant à des fractions tribales. Ces gravures rupestres sont nombreuses sur tout le territoire.

5. Depuis le début de l’ère chrétienne jusqu’à la période dite préislamique nous entrons dans une période antique dont on a peu d’éléments de connaissance, à part la venue de commerçants grecs puis romains (d’après certains écrits).

6. La période préislamique qui date de l’époque médiévale moderne (XVIe siècle après J.-C.)

Histoire moderne

Avec la réalisation du grand projet de Ferdinand de Lesseps, le percement du canal de Suez, qui devait se concrétiser dès 1856, la mer Rouge allait devenir une voie d’eau d’importance mondiale. La France jugea alors nécessaire de posséder une base de ravitaillement pour sa marine, entre Suez et Saïgon, et c’est ainsi que la création d’un établissement français sur la rive sud-ouest de la Mer Rouge fut décidée. Elle résulta de traités d’amitiés passés avec les chefs locaux à partir de 1862.

Le point de départ de l’installation française est en effet le traité du 04 mars 1862 par lequel les chefs de la région d’Obock cédaient en toute propriété à la France, moyennant une forte redevance, le mouillage d’Obock et les territoires s’étendant du Ras-Doumeira au Ras-Ali.

Le 14 décembre 1884, le sultan du Gobaad, donnait à la France le golfe de Tadjoura. Ces deux traités étaient approuvés par un décret du gouvernement français du 21 août 1885 avec le sultanat de Gobaad. Le 26 mars 1885, les chefs de la région de Djibouti signaient également un traité où ils reconnaissaient le protectorat de la France, traité « d’amitié éternelle ».

Le Ras-Djibouti fut occupé en 1888. Abandonnant Obock, le gouverneur Lagarde, commandant le territoire d’Obock, créa alors une nouvelle capitale à Djibouti. En 1892, le siège des possessions d’Obock y fut transféré, et en 1895 le village comptait déjà 5000 habitants.

Les travaux de construction du chemin de fer Djibouti-Addis-Abéba débutèrent en 1898 pour atteindre la capitale éthiopienne en 1917, lui offrant ainsi un débouché maritime vital.

Après la deuxième guerre mondiale, en 1946, Djibouti recevait le statut de territoire d’outre-mer, avec création d’une assemblée territoriale élue. La loi-cadre de 1956 ajoutera au statut de 1946 un conseil de gouvernement chargé, sous la présidence du chef de territoire, de la gestion des affaires locales.

1977 : le Territoire Français des Afars et des Issas devient la République de Djibouti

Cependant, dès 1958, des mouvements indépendantistes voyaient le jour, dont l’action s’intensifia progressivement jusqu’au référendum organisé le 19 mars 1967 : la Côte Française des Somalis devenait alors le Territoire Français des Afars et des Issas.

En 1975, le gouvernement français, par la voix du président de la République française, reconnaissait le 31 décembre de cette année « la vocation de Djibouti à devenir un État ».

Le 08 mai 1977, à une écrasante majorité, la population optait pour l’indépendance, qui était proclamée moins de deux mois plus tard, le 27 juin 1977.

L’ancienne Côte Française des Somalis et l’ancien Territoire Français des Afars et des Issas devenaient la République de Djibouti. Monsieur HASSAN GOULED APTIDON était élu démocratiquement premier Président de la République, et Chef du gouvernement.

En avril 1999, Monsieur ISMAEL OMAR GUELLEH est élu Président de la République de Djibouti pour 6 ans.

Source texte et photos : Office National du Tourisme de Djibouti

 
Bonjourdromadjib


TAUX DE CHANGE
Votre navigateur neprend pas en compte le javascript


Rechercher avecGoogle

     
Accueil Nous contacter FAQ Djibouti Telecom